RFI titre aujourd´hui : " Le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, a fustigé l'Iran dans un discours prononcé lors de la 17ème conférence des ambassadeurs à Paris et promis qu'il ne laisserait pas Al-Qaïda s'installer en Afrique. Le président français a aussi dressé le portrait d'une France championne de la régulation mondiale. " Hugh, Bwana Sarkozy a parlé ! Pourrait-on dire…mais qu´y avait-il de vrai et de plausible dans tout cela ?

 

Les grandes menaces vides occasionnées par la crise

 

"L´enfer, c´est les Autres" Jean Paul Sartre

Quelle rentrée politique fulminante, les enfants…cette crise, décidément, rendait autant nerveux qu´agressif ; on en oubliait même que le continent africain était indépendant et qu´il n´était pas une quelconque province de France ! On fustigeait Téhéran parce que cela faisait bien, or, on ne cachait qu´autre chose : l´embarras que tout l´occident avait face au radicalisme israélien qui se refusait à cesser d´envahir les territoires palestiniens illégalement occupés de nouvelles colonies d´implantation juive. Tout l´occident en était vraiment embarrassée et les Etats-Unis en premier parce que l´illusion de solution du conflit israélo-palestinien ne tenait plus.

En Afghanistan les choses ne se présentaient pas bien non plus : les forces alliées occidentales ont connu en juin - juillet leur mois de pertes en vies militaires le plus élevé. Les talibans devenait de jour en jour plus forts. On était pris au piège d´un conflit en territoire étranger qui risquait d´être long…et sans victoire. Quant à la crise économique, même combattue avec fureur, elle continuait malgré tout à ronger inlassablement les substances fragilisées de l´économie réelle. On s´attendait cet hiver et en début de l´année 2010 à l´écroulement de l´emploi…ou du moins à la première détérioration inévitable du chômage avec des conséquences tragiques pour les budgets publics et l´endettement des Etat industrialisés. Tout cela rendait nerveux et poussait à des déclarations tapageuses, plus démonstratives que substantielles ou réellement efficaces à quelque point que ce soit.

Fustiger Téhéran ? Depuis quand un pays étranger quelconque avait le droit de remettre en cause les élections d´un pays indépendant et souverain, même si celui-ci était l´Iran ? On pouvait faire des réserves et même des doutes, mais se lancer publiquement dans une contestation qui n´appartenait qu´au peuple iranien…dites donc, que se passe-t-il en Occident, que diable ; perdrait-on lentement la tête et les bons usages du droit et de la diplomatie ? On se le demande. Ou peut-être est-on simplement piqué et mouché de ne pas être arrivé à se débarrasser du brillant et non moins dérangeant Mahmoud Ahmadinejad pour l´occident ? Parce qu´avec ce perse, croire qu´on tromperait le peuple palestinien avec de fausses illusions et une paix bidon, cela ne tiendrait pas ; Ahmadinejad veillait jalousement au grain.

Le monde entier, devant les souffrances palestiniennes et leur traitement injuste devenait lentement impatient, excédé…et méfiant envers la prétendue démocratie israélienne qui semblait voler ouvertement les terres palestiniennes tout en privant ce peuple de droits élémentaires et en le canardant à loisir quand il le voulait ! Longtemps les américains et l´occident ne vendraient pas cette mauvaise salade au monde entier ; ils y perdraient leur crédibilité. Obama y compris. L´impasse. Ahmadinejad le savait et tapis dans l´ombre, il attendait son heure : que ce soit en Afghanistan, en Palestine ou sur le marché du pétrole ou du gaz naturel en économie…il restait puissant et omniprésent. Rira bien qui rira le dernier. Et cette crise jouait son jeu en affaiblissant l´occident. Dérangeant, vraiment dérangeant pour l´occident.

Cette sortie volontaire de Nicolas Sarkozy a aussi relancé le contentieux économique et culturel opposant l´Afrique d´hier à celle d´aujourd´hui ; selon toute vraisemblance la France voulait continuer à jouer son jeu souterrain francafricain de Grande Nation jouant le maître et le colonisateur mental et culturel en Afrique. Or cette France oublie ou perd de vue que ce qui facilite l´embrasement de l´Islam en Afrique ou sa résurrection actuelle…c´est bien la misère et la pauvreté chapeautées par une idéologie d´aliénation socioéconomique à l´aliénation occidentale incapable de créer le progrès et le bien-être pour ses sociétés. Et la France y a été pour beaucoup à mettre en place cette mystification sociohistorique et assister avec armes et corruptions financières les dictateurs qui aidèrent les sociétés industrielles françaises à piller ce continent et l´empêcher systématiquement d´accumuler et de sortir de sa dépendance économique et culturelle.

Sauver l´Afrique d´Al-Qaïda ? Mais n´exagérait-on pas l´importance de ce ramassis d´ignorants aux longues robes de chambre qui ne produisaient ni des voitures, ni des avions, dont la technologie et la science se résumait à lire le coran et à le réciter comme des demeurés ? Il ne faut pas transformer un ennemi illuminé et insignifiant en adversaire valable et respecté quand il ne vend que du vent…et un brouillon archaïque et primitif de la notion de gestion et d´organisation de l´ordre social ! Oui, monsieur Sarkozy, tous les africains ne sont pas idiots ou aveugles ; nous savons bien que notre continent est actuellement pris entre la peste et le choléra : la peste représentant l´islam et le choléra représentant le néolibéralisme chrétien. Tous ont fait l´esclavage chez nous à coeur joie, tous voulurent nous transformer en zombies de leurs religions respectives et de leurs cultures. Personne ne respecta nos traditions, nos droits à la liberté et à la libre et souveraine réalisation ; personne n´investit ni hier, ni aujourd´hui chez nous. Et vous croyez que nous ne l´avons pas encore compris ?

Leopold II, ce monarque sanguinaire et néolibéral belge préconisait à l´endroit des africains : « bon chrétien, bon crétin » et à l´endroit de ses missionnaires en partance pour l´Afrique il leur recommandait : " Apprenez-leur à croire, pas à raisonner ". La France et tout l´occident ne firent rien d´autre que cela : chosifier, piller et avilir le continent africain. Et à propos d´esclavage, saviez-vous massa Sarkozy que le plus grand négrier français s´appelait : « Les droits de l´homme » ? Eh, oui, la connaissance de l´histoire…Si aujourd´hui la France veut entreprendre de vrais rapports sincères et civilisés avec l´Afrique, elle doit y investir, cesser de soutenir des dictateurs criminels et incapables et participer à la reconstruction d´une Afrique libre, indépendante, fière de ses cultures et de ses identités. Nous ne voulons pas tous devenir français ou vivre sous la Tour Eifel…ou comme Haïti qui, pour avoir réclamé son indépendance à la France, fut ruinée sciemment et enchaînée aux fers de l´esclavage économique. Malgré 205 ans d´indépendance, c´est à peine si ce pays ne retombe pas dans l´indigence la plus honteuse. 205 ans ! Pas le moindre trace de sagesse…ou de succès économique et social quelconque.  

L´Afrique n´est plus un territoire français où l´armée française alla faire ses essais atomiques ou installer des bases militaires pour canarder les africains comme ce fut le cas pendant la colonisation ! Cette époque-là est finie et bien finie. Et si nous déplorons aujourd´hui la pauvreté et la misère des africains, c´est aussi parce que les dictateurs aidés et assistés par la France ont ruiné les leurs par leur incapacité et la gangrène de la corruption qui les étreint. Vouloir défendre l´Afrique aujourd´hui ne signifie qu´une chose : cesser de la torpiller ou de croire qu´elle était le paillasson de l´occident. Et montrer que la France, ce grand pays européen savait réparer ses erreurs avec honneur et défendait un définition de la liberté qui acceptait aussi celle de tout africain quelconque ; ce qui avait déjà lieu sur le territoire de l´hexagone. Pas d´armée occupation gratuite qui ne luttait pas à nos côtés au Darfour du Soudan, pas de soutien aux dictateurs et pas de ventes d´armes complices, pas d´ingérence et de tutelle politique. Nous estimerons une France qui se prononce pour la création d´écoles, de centres professionnels, d´universités techniques…La liberté n´est jamais gratuite, nous le savons déjà : il faut l´aimer, la défendre et épanouir ses ailes afin de lui sonner des horizons dignes de ses exigences.

Surtout ne vous faites pas de mauvais sang pour l´Afrique à propos de ces islamistes envahissants qui faisaient tant de bruit dans le monde sans pour autant produire quoi que ce soit ; ces marchands du coran, nous les vaincrons, soyez-en assurés, même si quelques idiots en Afrique se laissaient abuser. Lorsque les africains se rendront compte que ces preux muezzins ne brillaient que dans la bonne parole, les promesses vides ou assassiner des innocents au nom d´un Dieu soit disant bon, miséricordieux et au dessus de tout…nous connaissons la chanson, avec ce même mensonge les chrétiens vinrent chez nous faire l´esclavage…aujourd´hui ces mêmes chrétiens reviennent perclus de honte et atterrés par la crise des valeurs qui sévissait chez eux. Sacré crise, n´est-ce pas, ce qu´elle peut être bien cruelle…ce que les africains doivent comprendre, c´est que personne ne fera ni leur liberté ni leur avenir à leur place; il est donc grand temps de se mettre au travail au lieu d´attendre quelques marchands de mensonges aussi beaux parleurs soient-ils.

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance