Son avion s´est écrasé le 10 Avril dernier en survol d´atterrissage sur l´aéroport de Smolensk Nord. Note tragique : le président polonais allait assister á la commémoration des massacrés polonais de Katyn. Ce rendez-vous était des plus émouvant pour toute la Pologne car à Katyn Staline fit exécuter 22.000 cadets, hauts officiers et pratiquement toute l´intelligentsia polonaise en 1940 lors de la deuxième guerre mondiale et du partage complice de la Pologne entre l´Allemagne et L´Union Soviétique.

 

Une Nation de nouveau décapitée de ses intellectuels…

 

La Pologne prise entre deux feux, un résistant polonais, pendant la deuxième guerre mondiale, dira une phrase historique soulignant toute l´ampleur de la tragédie polonaise: « Avec les russes nous perdons notre âme, avec les allemands nos vies ». 140px_Lech_Kaczy_ski

Avec l´accident de Smolensk disparaissent 132 vies mais aussi 97 membres de l´intelligentsia polonaise : officiers de haut rang, intellectuels, journalistes critiques, écrivains et bien sûr Lech Kaczyński et sa femme Maria. Le choc est grand en Pologne, d´autant que ce fin juriste était non seulement aimé et estimé par ses compatriotes, il était, avec son frère jumeau Jarosław qui fut premier ministre jusqu´en 2007, un grand artisan politique récent de l´histoire de son pays. Sa mort a causé en Pologne un énorme choc d´autant qu´elle rappelait le massacre de Katyn d´une part, et de l´autre rappelait aux polonais qui avait toujours été trahis par leurs puissants voisins allemands et russes lesquels s´empressèrent de massacrer leurs intellectuels afin de mieux les soumettre ou leur voler leurs territoires en les traitant de moins que rien.

Tragique et poignant. De nouveau la Pologne serait-elle assassinée deux fois à Katyn ? Beaucoup d´Européens, surtout allemands n´ont plus apprécié dernièrement les réserves polonaises exprimées par trop ouvertement par les Kaczyinski envers l´Union Européenne…et même envers les allemands avec l´affaire Erika Steinbach (CDU) et le Bundes der Vertriebenen (BdV) Cette nation polonaise a si souvent été trompée, décapitée de ses intellectuels, massacrée à volonté (Voir notamment l´extermination des juifs de Warsovie du Holocauste) pendant des guerres de rapacités territoriales grotesques et ridicules de ses puissants voisins qu´elle léchait toujours encore ses blessures passées lorsque de nouvelles lui étaient ouvertes. La retenue des Kaczynski n´est pas nécessairement de la mauvaise foi ou de l´animosité ; c´était seulement une façon de se guérir souverainement ou de chercher guérison dans une solitude dans laquelle la trahison du traité de Munich du 30 septembre 1938 et celui plus tard du pacte germano-soviétique, en août 1939 l´avait jetée, notamment dans les douleurs injustes et pénibles d´une guerre qui mit non seulement la Pologne à feu et à sang, mais aussi le monde entier.

On comprend mieux l´âme polonaise d´après la deuxième guerre mondiale lorsqu´on connaît ses douleurs passées et le désespoir dans lequel ce pays abandonné de la France, de la Grande Bretagne, de l´Union Soviétique qui se disaient tous leurs amis à l´époque. Ce fut encore plus douloureux de vivre, après la guerre, sous occupation soviétique de 1945 jusqu´en 1989 ! On ferma les yeux sur Katyn et sur l´affront de l´occupation soviétique, mais on n´oublia rien. Bien au contraire, le coeur polonais continua à saigner en silence... et être rongé par une détresse et une révolte solitaire. On se rapprocha de plus en plus de l´église catholique pour soigner en silence ses blessures. Ce fut une grande joie sous Karol Józef Wojtyła nommé plus tard Pape Jean-Paul II. Celui-ci marqua ce pays et lui laissa ses profonds traits catholiques sur l´homosexualité, par exemple ou l´avortement. Mais déjà les temps avaient changé : aujourd´hui ces positions hier acclamées ne sont plus appréciées des européens de l´Union. Ceci explique d´une part la latente perte de notoriété des Kaczynski d´une part qu´on accusait de rester cloîtré dans le passé, et de l´autre de la distance qu´entretenait la Pologne envers les russes, même si le communisme avait pratiquement disparu.

La mort du Lion de Pologne va-t-elle compromettre la guérison ou l´intégration de la Pologne dans l´Union Européenne ? C´est peu probable, ce pays est stable et a pu, malgré les ravages qui ont été périodiquement faits dans ses penseurs, se revivifier et se régénérer  avec des structures sociales solides et bien équilibrées autour d´un sain nationalisme moderniste. Après tout, et on en parle déjà, le frère jumeau Jaroslaw pourrait reprendre le bâton de pèlerin politique de son frère…qui sait. Ceci serait peut-être souhaitable pour éviter que ce pays retombe de nouveau dans une psychose de la décapitation de ses intellectuels. C´est un beau pays aux gens créatifs, intelligents, hospitaliers, aux mœurs pleines d´humour et d´esprit. N´oublions pas, un des plus grands inventeur allemand : Werner von Siemens, venait de Pologne. Non, la Pologne n´est pas encore perdue. Elle a perdu seulement un de ses meilleur fils. Paix à son âme et à tous ceux qui ont trouvé la mort dans ce malheureux accident d´avion.

Musengeshi Katata

« Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu »

 

Forum Réalisance