Commentaire sur Facebook

L´Afrique doit se guérir, le plus rapidement que possible, de ses complexes, de ses retards et de sa passivité.


Le problème de l´Afrique, mes amis, c´est son bas niveau de rationalisme et d´objectivisme social...en clair l´ignorance et le manque de structures techniques, politiques, économiques de production. Si ces structures existaient et des normes d´amélioration ou de contrôle des résultats escomptés existaient, nous n´aurions pas le marasme actuel. Tout ce qu´on a fait à l´indépendance c´est emprunter le costume d´un système de valeurs étranger sans au préalable y comprendre quoi que ce soit ou se motiver envers les normes et les principes de production, de technique et de science qui faisait l´équilibre et la réussite de ces anciens coloniaux.

Aujourd´hui on se trouvait devant des africains hybrides et souffrant d´un insaisissable mal à être et à devenir. Ni l´occident ni leurs valeurs passée méprisées pour leur faiblesse et leur désuétude ne peuvent guérir ces malades d´identité culturelle...sans qu´ils ne se donnent la peine de rejeter en eux-mêmes leurs propres erreurs sincèrement et devenir objectifs et rationnels. En ce moment il y a beaucoup de faux dans l´air car l´africain cherche plutôt la facilité qu´il ne fait l´effort de cultiver ses capacités et les mettre en valeur...mais pour cela, il faut bien accumuler, n´est-ce pas, il faut bien mieux gérer que jeter l´argent par la fenêtre et consommer étranger bêtement, n´est-ce pas ! Or, comme le fait remarquer Magda, la tendance à l´immédiateté, à la cueillette des apparences pour se cacher du relent d´échec qu´on traîne avec soi depuis les temps reculés, est bien grande au point qu´elle subjugue souvent le bon sens et la raison des élus chargés de gérer la chose publique. Le mal est profond; pour mieux le guérir il faut d´abord mieux le comprendre...Et à mon sens le plus urgent est de rendre sa confiance et sa créativité aux africains.

Jean Pierre, on parle beaucoup de démocratie de par le monde...Mais trop souvent ce qu´on comprend là-dessous est bien subjectif. Je l´ai déjà dit une fois: la démocratie est un état de mûrissement social, c´est un instrument de gestion et d´organisation de la vie politique dans la cité; ce n´est pas un résultat social déterminé ou même individuel. 7 familles suédoises se partagent á elles seules toute l´industrie suédoise; démocratie ? Pendant que les américains blancs brimaient et opprimaient les noirs anciens esclaves et les confinèrent à la pauvreté sociale systématique, démocratie ? Et pourtant ces américains chantaient à qui voulait l´entendre à l´époque qu´ils défendaient la liberté et la démocratie...qui a bien évolué depuis puisque les noirs ont retrouvé leurs droits hier bafoués. Apparemment tout est subjectif là-dedans. Il ne faut donc pas se laisser impressionner par les définitions que chacun s´invente pour justifier ses équilibres, aussi douteux soient-ils.

Démos cratos veut dire le pouvoir exercé par le peuple, pour le peuple car c´est lui qui légitime et c´est dans son intérêt qu´on gouverne. Mais les royautés issus du Moyen-Âge occidental, les dictateurs africains actuels ne prétendaient-ils pas que le pouvoir leur appartenait ? Certains croyaient même qu´ils le tenait de Dieu en personne…Cette tendancieuse définition de l´origine du pouvoir, n´est-ce pas ! Certains peuples ou individus, apparemment, ne savent pas encore faire la distinction entre leurs intérêts et celui de la chose publique. Pire encore est quand ces gens ne savent ni s´acquitter de leur devoirs en exerçant des fonctions publiques ou répondre aux défis que leur fonction leur exige de résoudre. Est-ce une question de culture, d´hommes responsables et avertis ? Oui, je le pense, mais surtout une question d´intelligence et de responsabilité culturelle exercée valablement dans l´intérêt autant de l´individu que de sa société. C´est toujours une erreur de croire qu´on peut brimer l´un pour abuser de l´autre. C´est la recherche effrénée d´équilibres d´épanouissement équitables et solidaires qui fait à mon sens la démocratie qui, soit dit en passant, n´est pas un résultat social défini mais une quête culturelle d´intention ouverte dans l´espace et les temps.

Musengeshi Katata

"Muntu wa Bantu, Bantu wa Muntu"

 

Forum Réalisance